L’équipe de Plein Milieu a cherché dans les plateformes électorales des principaux candidats les promesses reliées à la crise des opiacés et aux lois entourant la consommation de drogues jugées illicites.

Voici ce que nous avons trouvé :

 

Bloc Québécois

Le Bloc Québécois ne fait pas référence, dans sa plateforme électorale, à la consommation de drogues ou à la crise des opiacés.

Nous avons cependant trouvé 2 sources médiatiques où les candidats Bloquistes se prononcent sur la question :

 

  1. Sur la crise des opiacés : « Pour nous, au Bloc Québécois, c’est un problème de santé important, la crise des opioïdes et on pense qu’il faut investir davantage là-dedans pour analyser plus rapidement les échantillons soumis aux fins d’analyse afin de s’assurer de leur composition. Par ailleurs, le fédéral doit éviter de mettre des bâtons dans les roues des provinces comme ça s’est déjà vu, entre autres, pour les sites d’injection supervisés » (source)
  2. Le Bloc québécois est opposé à la dépénalisation de toutes les drogues illicites (source)

 

Nouveau Parti Démocratique

Les néo-démocrates croient que nous pouvons en faire beaucoup plus pour sauver des vies et aider les personnes aux prises avec les opioïdes.

Nous allons déclarer une urgence de santé publique et nous nous engagerons à travailler avec tous les paliers de gouvernement, les expert.es et la population en vue de mettre fin à la criminalisation et aux préjugés liés à la toxicomanie, afin que les personnes dépendantes puissent obtenir l’aide essentielle sans crainte d’être arrêtées.

Parallèlement, nous sévirons contre les vrais criminels, ceux qui profitent des drogues illégales.

Nous travaillerons avec les provinces, pour appuyer les sites de prévention des surdoses et élargir l’accès aux traitements sur demande pour les personnes aux prises avec une dépendance.

Nous lancerons également une enquête sur le rôle que les compagnies pharmaceutiques pourraient avoir joué dans l’aggravation de la crise des opioïdes, et nous envisagerons de leur demander une compensation financière significative pour les coûts publics de la crise.

(Source : Plateforme du NPD)

 

Parti Conservateur

Nous allons :

Faire de la désintoxication le but de la politique sur l’abus de substances Pour aider plus de Canadiens et Canadiennes à se sortir de la toxicomanie, nous allons revoir le cadre politique fédéral sur l’abus de substances afin de faire de la désintoxication le principal objectif. Nous allons réorienter la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances pour assurer que chaque toxicomane a la possibilité de se libérer de sa dépendance et de vivre une vie sans drogue, et que toutes les politiques relevant de la Stratégie ont cet objectif.

Investir dans les centres de traitement et de réadaptation Pour faire de la désintoxication le but de la politique sur l’abus de substances, nous allons investir dans les centres de réadaptation communautaires, les écoles secondaires de réadaptation et les centres de traitement. Cela donnera à ceux qui souffrent de toxicomanie, à leurs familles et à ceux qui s’en sont sortis des endroits où ils peuvent recevoir l’aide dont ils ont besoin et se soutenir mutuellement. La lutte contre la crise de la toxicomanie et l’aide à la guérison nécessitent des mesures sérieuses par tous les paliers de gouvernement.

Informer les Canadiens et les Canadiennes des dangers des drogues Pour aider les Canadiens et les Canadiennes, en particulier les jeunes, à vivre sans drogue, nous allons mener une campagne de sensibilisation nationale axée sur les dangers des drogues et les avantages de rester loin des drogues.

Aider les municipalités et les conseils scolaires à éliminer les seringues usagées Pour nettoyer les quartiers et les parcs, nous allons former des partenariats avec les municipalités et les conseils scolaires pour aider à éliminer les seringues usagées dans les endroits publics.

(Source : Plateforme du Parti Conservateur)

 

Parti Libéral

Pour aider plus de gens à accéder aux services de traitement de la toxicomanie dont ils ont besoin, nous réaliserons de nouveaux investissements qui aideront les provinces et les territoires à développer leurs services communautaires, à augmenter le nombre de lits dans les centres de réadaptation et nous élargirons les programmes les plus efficaces, notamment en prolongeant les heures d’ouverture d’InSite et d’autres sites d’injection supervisés.

Nous ferons également des tribunaux de traitement de la toxicomanie le recours par défaut pour les contrevenants qui ont perpétré sans violence leur première infraction de possession simple, pour aider les consommateurs de drogues à accéder rapidement à un traitement et pour prévenir la perpétration de crimes plus graves.

(Source : Plateforme du Parti Libéral)

 

Parti Vert

Traiterait la crise des opioïdes comme une question de santé et non une question de droit pénal en déclarant une urgence sanitaire nationale.

Le PVC admettrait que la contamination au fentanyl décrit plus justement pourquoi les décès sont des empoisonnements par opposition à des surdoses. Tant et aussi longtemps que les drogues sont contaminées au fentanyl, la possession de celles-ci devrait être décriminalisée afin que les gens puissent s’approvisionner en toute sécurité et obtenir l’aide médicale dont ils ont besoin pour régler leur problème d’accoutumance.

Il augmenterait le financement aux organismes communautaires pour tester les drogues et offrir des trousses de naloxone au plus grand nombre, afin de soigner les cas de surdose.25

(Source : Plateforme du Parti Vertl)

 

 

TU ES EN SITUATION D’ITINÉRANCE ET TU AIMERAIS POUVOIR VOTER ?

On peut t’aider ! 

 En savoir plus