À l’occasion de la journée internationale des femmes, Savoir.media diffuse une série intitulée 50 ans d’avancées des femmes. La série comporte 6 épisodes, chacun sur un sujet important quant à l’évolution des femmes au Québec, soit : le travail, la famille, l’éducation, la sexualité, l’engagement et la parole. C’est dans le cadre de l’épisode sur le corps et la sexualité qu’a été interpellée Joëlle Dalpé, coordonnatrice en milieu scolaire pour l’organisme Plein Milieu.

 

Un soutien pour l’éducation à la sexualité dans les écoles

Joëlle travaille depuis plus de 10 ans en milieu scolaire. Au quotidien, elle rencontre des élèves pour offrir écoute, soutien et information, elle anime des ateliers de prévention sur la sexualité et la toxicomanie et met en place des activités et projets d’intervention.

Plein Milieu est présent dans 3 écoles secondaires à Montréal, soit les écoles secondaires Robert-Gravel, Espace-Jeunesse et Jeanne-Mance. Alors que les cours d’éducation à la sexualité ont été abolis entre l’an 2000 et 2018 pas le ministère de l’Éducation, l’école secondaire Jeanne-Mance est restée proactive et n’a jamais cessé d’offrir à ses élèves une éducation pour les sensibiliser et les préparer à une vie sexuelle saine et sécuritaire. Plein Milieu offre son soutien aux élèves et au personnel de cette école depuis 1993. À l’aube de la réforme de 2018, l’organisme et l’école secondaire ont d’ailleurs travaillé conjointement pour développer un contenu qui répond à la fois aux besoins des jeunes et aux critères du ministère de l’Éducation.

 

Une évolution dans la matière enseignée aux élèves 

L’éducation à la sexualité au Québec a bien changé en 50 ans. Avant les années 2000, le curriculum du ministère de l’Éducation était axé sur la génitalité alors qu’actuellement l’approche est plus globalisante et incorpore les différentes dimensions de la sexualité. Aujourd’hui, les élèves sont initiés à un large éventail de thématiques comme la diversité sexuelle, le consentement, les agressions, l’image corporelle, les impacts de la consommation d’alcool sur les relations sexuelles, etc.

Ce ne sont par contre pas tous les professeurs qui sont à l’aise ou formés pour parler de tels sujets. C’est pourquoi ils font appel à des organismes communautaires comme Plein Milieu qui ont une expertise dans le domaine, facilitant ainsi la prise de contact avec les jeunes et les discussions autour de sujets plus sensibles ou explicites. Cette alternative aux interventions scolaires permet aux élèves de bénéficier d’un service souple qui répond à leurs besoins et leur donne accès à des professionnels de confiance.

 

Sexualité et consentement en 2020 : de nouveaux défis

Pour Joëlle les questionnements des jeunes n’ont pas tellement évolué. C’est plutôt le monde dans lequel ils grandissent qui a changé et qui pose de nouveaux défis. Les avancées technologiques et les médias sociaux soulèvent de nouveaux enjeux, notamment en matière de consentement. Il y a de nouvelles formes de pressions sociales qui émergent et avec lesquelles les jeunes doivent composer au quotidien. De même, ce nouvel espace virtuel donne aux jeunes un accès à une multitude de contenus de nature sexuelle qui ne sont pas toujours adaptés à leur âge. Cela réitère l’importance de PARLER DE SEXUALITÉ OUVERTEMENT avec les jeunes, pour renforcer la prévention et donner une information juste.

 

Visionner la vidéo

*Toutes les images sont issues de la vidéo de Savoir.media

En savoir plus sur le travail de milieu 

Notre offre de services dans les écoles